Comment la méduse pique-t-elle ?

comment la méduse pique-t-elle

La méduse est un phénomène à elle-seule. Il existe plus de 1500 espèces dont de nombreuses sont mortelles pour l’homme. Prédateur sans faille, sa technique de paralysie de ses proies ne leur laisse aucune chance de s’échapper. La méduse vit en général entre 300 et 700 m de profondeur. Elle remonte à la surface la nuit pour se nourrir. Et quand le vent souffle, il la ramène vers les côtes. Comment s’y prend-elle, quelles sont ses caractéristiques morphologiques pour provoquer ces piqûres sur l’homme, et faut-il les prendre au sérieux ?

Comment la méduse pique-t-elle ?

Quand vous êtes en contact avec une méduse, elle décharge des milliers de capsules microscopiques qui contiennent des cellules urticantes. Chaque cellule contient un tube rempli d’aiguilles qui entrent dans la peau.

Cette décharge provoque donc des réactions chez l’homme :

Réaction locale :
Elle se présente sous la forme d’une tache rouge, une bosse, ou une vésicule comme une brûlure. La douleur débute comme une décharge électrique puis évolue vers une sensation de brûlure. Elle peut être très intense et dure pendant 1h environ. Ensuite, viennent les démangeaisons qui persistent au moins 24h, mais parfois durent plus longtemps. Les piqures de méduses laissent des tâches sur la peau, des cicatrices.

Réactions générales :
Seules certaines espèces tropicales peuvent être mortelles, entrainant une syncope et la mort par noyade. Plus fréquemment observées lors de piqures multiples ou de piqures de méduses des régions tropicales, il ne faut cependant pas les négliger. Parfois les méduses sont très nombreuses sur nos côtes et de nouvelles espèces font leur apparition. Les réactions d’ordre général peuvent être : des douleurs articulaires – des crampes – des maux de tête – des vertiges – des douleurs abdominales – des nausées et des vomissements.

Réactions allergiques :
Certaines personnes peuvent être allergiques au venin des méduses :

  • Comme pour le rhume des foins, on peut avoir le nez qui coule et les yeux qui piquent.
  • Oedeme local
  • Oedeme de Quincke avec difficultés respiratoires
  • La réaction peut même aller jusqu’au choc anaphylactique avec chute de tension, troubles du rythme cardiaque et perte de connaissance.
méduse
méduse

Que faut-il faire après s’être fait piqué par une méduse ?

  1. Sortir immédiatement de l’eau pour éviter tout risque de crampe pouvant entrainer une noyade
  2. Consulter immédiatement un médecin, si vous ressentez les premiers signes d’une réaction allergique
  3. Laver la plaie à l’eau mer ou à l’eau chaude. Ne pas utiliser d’eau froide, qui stimule le venin, et augmente le phénomène urticant.
  4. Eviter de frotter la plaie, sinon vous allez disperser les cellules sur les zones saines de la peau.
  5. Préférez la pince à épiler pour tenter de retirer les tentacules encore présentes.
  6. Ne pas uriner sur la plaie, c’est fortement déconseillé !
  7. Vous pouvez mettre ensuite une pommade anti urticante, et prendre du paracétamol, pour soulager la douleur.

Un médecin pourra vous prescrire des corticoïdes ou des anti histaminiques pour diminuer la l’inflammation ou la réaction allergique.

Regardez cette courte vidéo qui indique les gestes de secourisme à appliquer sur une personne qui vient de se faire piquer par une méduse. Celle-ci a été réalisée par la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge :

Comment éviter les piqures de méduse ?

Evitez de vous baigner quand il y a des méduses !
Attention aux plages où des méduses ont échoué, il peut rester des cellules urticantes encore actives !

méduse
méduse

Pourquoi y a t il autant de méduses sur nos côtes ?

La méduse était encore rare jusqu’en 1998, elle a depuis envahit nos côtes, et la plus fréquente sur nos côtes, atlantique et méditerranéenne, est la méduse pélagique. Elle arbore une belle couleur bleue. Cependant, de nouvelles espèces, venant de mers plus chaudes peuvent aussi arriver près de nos plage. La raison en est tout d’abord, le changement climatique : la hausse des températures de l’eau et de l’air favorisent la fertilité de ces animaux à sang froid. L’autre raison est la pêche intensive qui a réduit considérablement le nombre de poissons, principaux concurrents des méduses pour leur nourriture : Le zooplancton est donc en plus grande quantité. De plus, la pollution favorise le développement du zooplancton. Enfin, leurs plus grands prédateurs, le thon rouge et les tortues de mer sont de plus en plus rares. Tout cela contribue à la prolifération des méduses.

Le saviez-vous ? La méduse est comestible !

En Asie, les méduses sont séchées pour être comestibles, elles perdent ainsi toute nocivité. Après les avoir trempées pendant 3h dans l’eau, les japonais les coupent en lamelles, puis les mangent en salade, accompagnées de poulet , de concombre et d’une sauce vinaigrette sucrée.

Terminons par une vidéos où les images sont magnifiques. La méduse est tellement belle dans la mer, et pourtant si dangereuse… Dans l’ abysse le plus profond de la planète, il s’agit d’une méduse de la famille des Crossota, un animal jusque-là inconnu et dont la découverte a été faite par des scientifiques américains le 24 avril dernier. L’étrange créature semble ainsi briller de différentes couleurs, même à pratiquement 4000 mètres de profondeur.

Répondre à la question